Rémy Girard Bio


RÉMY GIRARD

Date de naissance: 10 août 1950

Rémy Girard jouit d’un formidable capital de sympathie auprès du grand public québécois. Il est non seulement très prolifique, mais s’avère également bien souvent un gage de succès, son nom étant associé à plusieurs des films les plus payants de l’histoire du cinéma québécois. Pas surprenant, donc, que les réalisateurs se l’arrachent.

Passionné par son métier, Rémy Girard n’a cessé de travailler depuis ses débuts en 1969, quand il s’est joint, alors qu’il était étudiant en droit, à la Troupe des Treize de l’Université Laval. En près de 50 ans de carrière, l’acteur a démontré qu’il était aussi à l’aise sur une scène qu’à la télévision ou au cinéma.

Dans les 1990 et 2000, il a campé plusieurs personnages dont les cinéphiles se souviendront longtemps, ayant notamment prêté ses traits au père Laloge dans Séraphin: un homme et son péché (2002) de Charles Binamé, au coloré entraîneur de hockey Stan dans la franchise à succès Les Boys (1997, 1998, 2001, 2005 et 2013) ainsi que dans la série du même titre, et à un homme rose dans L’homme idéal (1996) de Georges Mihalka.

Pour ses interprétations dans Les portes tournantes (1988), Jésus de Montréal (1989), Amoureux fou (1991) et Les invasions barbares (2003), Rémy Girard a gagné des prix Génie, plus haute distinction soulignant le travail des artisans du cinéma canadien. L’acteur a aussi mis la main, au Québec, sur bon nombre de prix Gémeaux.

À la télévision, il a été de la distribution du populaire téléroman québécois Emma. On l’a aussi vu dans la surréaliste série Bunker et la très populaire comédie La petite vie pour laquelle il a accepté d’être Pogo, le meilleur ami de Ti-Mé. Il a également joué dans les séries Radio, Ces enfants d’ailleurs, Réseaux, Cher Olivier, Scoop, Miséricorde et Urgence, pour ne nommer que celles-là.

Au théâtre, on a pu apprécier son talent avec son vieux complice Normand Chouinard dans L’ouvre-boîte, une pièce mise en scène par Martine Beaulne. Sa prestation en répugnant et hilarant John Falstaff dans Les joyeuses commères de Windsor, une mise en scène d’Yves Desgagnés en 2002, a été saluée par tous les critiques. Idem pour son personnage de Sancho Pança dans Don Quichotte de Dominic Champagne en 1998, lui qui a ainsi livré une des plus belles prestations de sa carrière.

Dans Les invastions barbares (2003) – drame de Denys Arcand primé d'un Oscar –, Rémy Girard a retrouvé son personnage de Rémy au cinéma 17 ans après Le déclin de l’empire américain (1986). Sa prestation lui a valu une rencontre avec Steven Spielberg à propos du long métrage Munich, mais la collaboration n’a jamais eu lieu, car le réalisateur a plutôt choisi un Français. L’acteur a toutefois été vu grâce à un petit rôle dans la comédie Blades of Glory en 2007, film pour lequel Will Ferrell et Jon Heder tiennent le haut de l’affiche.

De 2004 à 2006, il en a fait rire plus d'un en tenant la vedette de la comédie Les Bougon, c'et aussi ça la vie! diffusée à Radio-Canada. Il a prêté ses traits au père d'une famille de fripouilles aux côtés de Louison Danis, Hélène Bourgeois-Leclerc et Antoine Bertrand dans les 50 épisodes de cette série écrite par François Avard et Jean-François Mercier.

Après avoir enfilé les présences de premier ordre dans des films et des séries télé, ce natif de Jonquière au Québec a vécu, en 2009, une autre année fort bien remplie. Il a eu la chance de faire partie de la distribution de trois comédies, dont la coproduction entre la France et le Québec Le bonheur de Pierre mettant en vedette Pierre Richard, Sylvie Testud et Louise Portal, ainsi que le suspense Les 7 jours du Talion basé sur le roman de Patrick Senécal, un long métrage pour lequel Claude Legault tient le haut de l’affiche sous les ordres de Podz.

L’année 2010 a elle aussi donné lieu à plusieurs apparitions du principal intéressé sur les écrans des salles obscures, lui qui a joué pour Denis Villeneuve sur le plateau d'Incendies, un drame hautement salué par la critique et finaliste aux Oscars. L’année suivante a surtout été marquée par les 23 épisodes de la série canadienne InSecurity pour laquelle l’acteur a accepté de livrer ses textes dans la langue de Shakespeare.

Malheureusement, son retour au grand écran avec la comédie québécoise Hot Dog (2013) est pratiquement passé inaperçu, car le film a été boudé par le public et écorché dans les médias. Les choses se sont toutefois un peu replacées avec la sortie de la comédie Il était une fois les Boys (2013).

Puis, en 2015, il a renoué avec son personnage de Pogo pour la nouveauté humoristique Le Ti-Mé Show, un talk-show animé par Ti-Mé alias Claude Meunier. Malgré une diffusion le vendredi soir, nombreux ont été les téléspectateurs au rendez-vous. L'aventure a toutefois pris fin après deux saisons. Dès l'année suivante, il a ajouté un succès à sa filmographie en jouant devant les caméras de Votez Bougon (2016), populaire adaptation de la série Les Bougon, c'est aussi ça la vie!. Malgré plusieurs mauvaises critiques, l'oeuvre a amassé plus de 2 millions $ au box-office québécois.

Rémy Girard a un fils qui est atteint de déficit moteur cérébral.

Filmographie:

Votez Bougon (2016)
Pays (2016)
Embrasse-moi comme tu m'aimes (2016)
Il était une fois les Boys (2015)
Hot Dog (2013)
Impasse du désir (2010)
Incendies (2010)
Y’en aura pas de facile (2010)
Cabotins (2010)
Les 7 jours du talion (2009)
Je me souviens (2009)
De père en flic (2009)
Le bonheur de Pierre (2009)
Le grand départ (2008)
Le piège américain (2008)
Bluff (2007)
Blades of Glory / Les rois du patin (2007)
Le lièvre de Vatanen (2006)
Young Triffie’s Been Made Away With / Drôle d’enquête pour jeune inspecteur (2006)
Les Boys IV (2005)
Maurice Richard (2005)
Aurore (2005)
Monica la mitraille (2004)
Les invasions barbares (2003)
Séraphin: un homme et son péché (2002)
Les Boys III (2001)
Les Boys II (1998)
Free Money (1998)
Le violon rouge (1998)
Les Boys (1997)
Le siège de l'âme (1997)
Fish Tale Soup (1996)
L’homme idéal (1996)
Lilies - Les feluettes (1996)
Le secret de Jérôme (1994)
La Florida (1993)
Amoureux fou (1991)
L’empire des lumières (1991)
Montréal vu par... (1991)
La pagaille (1991)
Rafales (1990)
Dans le ventre du dragon (1989)
Jésus de Montréal (1989)
Le Chemin de Damas (1988)
Kalamazoo (1988)
Les portes tournantes (1988)
Le lys cassé (1987)
Le déclin de l’empire américain (1986)
J’ai pas dit mon dernier mot (1986) (voix)
Le crime d’Ovide Plouffe (1984)
Les yeux rouges (1982)
Les beaux souvenirs (1981)